• Post Gallery

L’haptonomie, ça démarre quand ? 

A partir du 4e ou 5e mois de grossesse, quand bébé commence à bouger. Les séances se déroulent ensuite à raison d’une par mois. Pour ce qui est du praticien, vous avez le choix : médecin (gynécologue, pédiatre), sage-femme ou psychologue. Certaines maternités proposent des séances d’haptonomie aux futurs parents. Mais comme c’est loin d’être la règle, un petit conseil : tournez-vous plutôt vers des praticiens exerçant en cabinet. Autre petit conseil : avant de choisir votre praticien, vérifiez bien qu’il a suivi une formation auprès du Centre International de Recherche et de Développement de l’Haptonomie (CIRDH), seul organisme formant les haptothérapeutes. Dernier détail pratique, mais qui a toute son importance : la Sécurité Sociale prend en charge l’haptonomie à raison de huit séances. Ça peut aider à franchir le pas !

Un séance d’haptonomie, concrètement ça se déroule comment ?

Parler avec votre p’tit bout avant même qu’il soit là, ça n’a rien de sorcier avec l’haptonomie. Ce langage-là est fait de caresses et de légères pressions sur le ventre de sa mère. On peut aussi lui parler doucement. C’est une façon de le rassurer et de lui souhaiter la bienvenue. Bébé répond en bougeant. Certaines femmes vous disent que c’est au cours d’une séance d’haptonomie qu’elles ont senti bouger leur bébé pour la première fois ! Quoi de plus normal ? Cela indique simplement qu’il prend confiance, qu’il se sent attendu. Vous pouvez le bercer, le dorloter, et, encore plus surprenant, l’amener à changer de position. Ça n’a l’air de rien, mais si bébé se présente par le siège pendant l’accouchement, ça peut vraiment changer la donne ! Eh oui, vous pouvez l’inciter à se retourner ! Incroyable, non ? Et pourtant, ça marche !

En haptonomie, la présence du père est obligatoire

Eh oui, pas d’haptonomie sans présence du père. Il doit être là à chacune des 8 séances. Il faut donc qu’il ait… envie ! En principe, il adhère franchement, car il n’est plus le spectateur passif qui attend que son enfant naisse ; grâce à l’haptonomie, il devient vraiment acteur de la grossesse ! D’ailleurs, certains y prennent un grand plaisir. Jugez plutôt avec cette petite vidéo réalisée par le papa d’un bébé hapto. Etonnant, non ? De la vraie graine de Wonder Woman, cette petite Cléo !

Pour l’enfant, l’haptonomie, ce n’est que des bienfaits

Dans les maternités, on reconnaît les bébés hapto. Ils sont très éveillés, curieux, souriants, réagissent bien aux voix de leurs parents. Leur posture est différente. Ils se tiennent bien droits, ont une grande confiance en eux, un sens inné de l’équilibre. Au moment de marcher, c’est un sacré avantage ! Revers de la médaille (il fallait bien qu’il y en est un !), les bébés hapto ont été habitués à être entourés d’amour, ils ont donc un grand besoin de contact et de signes d’affection. Mais pour ça, on vous fait confiance ! 

Pendant l’accouchement, l’haptonomie, ça aide vraiment 

L’haptonomie n’est pas réellement une technique de préparation à l’accouchement, mais plutôt de préparation à la naissance, parce qu’elle orientée en priorité vers l’enfant et non vers la mère. Le gros avantage d’un accouchement hapto, c’est avant tout le rôle actif du père. Aux moments clés, il sait quoi faire. Il peut mettre en pratique les gestes appris durant les séances et faciliter l’accouchement. Ça a pour effet de rassurer la mère et de l’aider à bien centrer son bassin pour faciliter la sortie de bébé. Le père peut aussi faire quelques massages pour la soulager. L’haptonomie, en fait, ça apprend à devenir papa !

L’haptonomie, après la naissance comment ça se passe  

Après la naissance, on peut programmer quelques séances d’haptonomie. Selon les besoins des parents, les séances peuvent même se prolonger jusqu’aux premiers pas de l’enfant. L’haptonomie est utile pour mieux passer le cap entre l’accouchement et le retour de couches (arrivée des premières règles), et notamment échapper au baby blues. Gérer le quotidien avec bébé n’est pas toujours évident. Là encore, l’haptothérapeute peut apporter des conseils pratiques (portage, santé du bébé, etc.). Les praticiens sont aussi orientés vers le bien-être de l’enfant ; ils vont lui permettre de passer en douceur du ventre de leur mère au monde extérieur !

 

Vous aimerez aussi

Home Grossesse
Le yoga de la fertilité, un nouveau moyen de booster votre fertilité


Home Grossesse
Quelle place pour le papa pendant la grossesse ?


Grossesse
8 podcasts incontournables pour les mamans et futures mamans